Henri IV et la Poule au Pot #Challenge AZ


Alphabet Illustré Valérie Hugo

HENRI IV et la Poule au Pot

Ou le ‘’ Fake News ‘’ de la Poule au Pot et une petite biographie de Sully trouvée sur le site du Ministère de l’Agriculture qui regorge de petites histoires du Patrimoine.

Le mythe de la poule au pot d’Henri IV (1533-1610) fait partie de la mémoire collective française. Il n’a vu le jour qu’un demi-siècle après la mort du bon roi, sous la plume d’Hardouin de Perefixe, précepteur du futur Louis XIV. Après une dispute avec le duc de Savoie, Henri IV aurait eu cette formule :’’ Si Dieu me donne encore de la vie je ferai qu’il n’y aura point de laboureur en mon Royaume qui n’ait moyen d’avoir une poule dans son pot’’. Par cette anecdote, le précepteur du Roi Soleil suggère à son élève de bien traiter son peuple et en particulier les plus aisés de ses paysans. Rien ne prouve la véracité de ce propos, mais ce que l’on sait, c’est qu’Henri IV était gourmand et préoccupé par le sort de son peuple. Quoi qu’il en soit, Le succès de cette formule politique avant l’heure ne se démentira plus. À l’aube de la Révolution française, on chante :


« Enfin la poule au pot va être mise. On peut du moins le présumer. Car, depuis deux cent ans qu’elle nous est promise. On n’a cessé de la plumer ».

Louis XVIII aurait également repris l’idée qui serait également à l’origine de l’institution du sacro-saint ‘’poulet dominical’’ pendant son règne. Soucieux de redorer le blason de la royauté, le roi l’exploite au XIXe en innovant puisque c’est dorénavant tous les dimanches que le bon Roi Henri aurait promis le gallinacé sur la table des Français. Une image d’Épinal…..!!! Il faudra attendre le XXe siècle et les progrès de l’élevage pour fournir à une majorité de nos concitoyens un si facile accès à la volaille.

On prête, à Henri de Navarre, d’autres anecdotes alimentaires et une réputation de bon vivant débutée dès le berceau. Son père aurait frotté les lèvres du nouveau-né avec une gousse d’ail et du vin de Jurançon, lors de sa naissance au château de Pau. Là encore, on le sait de source sûre.

Protestant à l’origine, le bon roi Henri, originaire de Pau, apporte la paix au royaume quand il abjure sa religion afin de pouvoir être sacré en 1593. Le pays sort alors de plusieurs décennies de guerres religieuses. Tous les secteurs sont à reconstruire.

Conscient que le problème le plus urgent concerne l’alimentation et l’agriculture, le roi commande à l’agronome Olivier de Serres une œuvre désormais célèbre :’’ Le théâtre d’agriculture et mesnage des champs’’. Henri IV approuve ses idées et il demande à son ministre Sully de les faire appliquer.


Celui-ci adopte alors une formule également fameuse :’’ Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France’’. On perçoit donc une vraie volonté de remise en marche du secteur agricole, mis à mal par 40 ans de guerre. Assassiné par Ravaillac il y a tout juste 400 ans, Henri IV le pacificateur reste l’une des figures les plus populaires de l’Histoire.


‘’ Maximilien de Béthune, plus connu sous son titre de duc de Sully, compagnon d’armes et ministre du roi Henri IV, est une figure française. C’est aussi une figure de l’agriculture, qui lui doit un spectaculaire développement, en des temps troublés de guerres de religions. Rien de plus légitime que la plus belle salle du ministère porte fièrement son nom ! Histoire d’un homme, et de quelques-unes de ses réformes qui ont donné à la France un nouveau visage…

Maximilien de Béthune fait la connaissance du futur roi de France à l’occasion du mariage de celui-ci, en 1572, peu avant le massacre de la Saint-Barthélemy, auquel il parviendra à échapper. En effet, le seigneur de Béthune est un protestant calviniste, tout comme le futur Henri IV, auquel il conseilla, semble-t-il, de se convertir avant de monter sur le trône en 1593, pour l’apaisement du royaume. Il suivra le roi dans toutes ses guerres, toutes ses batailles, où il se distingue par son courage et sa ténacité.

Nommé Surintendant des Finances en 1598, il développe, entre autres multiples initiatives, la culture du ver à soie en incitant à la plantation de millions de mûriers.

L’année suivante, il reçoit la charge de Grand maître de l’artillerie de France et de Grand Voyer. Au travail ! Il lance alors un vaste chantier pour tracer, remblayer, paver les routes principales du royaume, améliorant singulièrement la qualité des voies de communication. Et pour répondre aux besoins en construction de la marine, il fait planter le bord des routes de milliers d’ormes. On lui doit aussi le percement du canal de Briare, dans le Loiret, qui relie la Seine à la Loire.

Une réforme de fond du royaume de France

C’est toutefois dans le domaine de l’agriculture que son impulsion va se montrer la plus forte : proclamation de la liberté de commerce des grains, abolition de péages entre les provinces, incitation à une plus forte production, afin de vendre hors des frontières. Les surfaces cultivables sont insuffisantes ? Que l’on assèche les marais ! Pour protéger les paysans, il interdit la saisie de leurs instruments de labour et leur accorde une remise sur les arriérés de la taille.

Des réformes considérables, menées tambour battant pendant une dizaine d’années, seulement, car en 1610, Henri IV meurt assassiné rue de la Ferronnerie par Ravaillac. Ironie tragique de l’histoire : le roi, sachant son ministre et ami souffrant, se rendait alors à son domicile…

Peu à peu, il abandonne ses fonctions : désaccords avec la régente Marie de Médicis, grogne paysanne contre les impôts qu’il a dû se résoudre à exiger pour financer la guerre contre l’Espagne…Le Duc et Pair de France de Sully se retire dans ses terres, écrit ses mémoires, et continue à jouer un rôle important de médiateur entre catholiques et protestants lors des sièges de Montauban et de la Rochelle. Il s’éteint dans l’un de ses nombreux châteaux, celui de Villebon en Eure-et-Loir, en 1641, à l’âge de 82 ans.’’

La Poule au Pot

1 poule d’environ 1,2 kg

Pour la farce
300 g de chair pour farce (porc et veau)
le foie et le gésier de la poule
2 tranches de pain de mie
10 cl de lait
2 échalotes
2 gousses d’ail
1 oeuf battu
6 brins de persil
Sel
Poivre
muscade râpée

 

Préparer la farce 

Hacher le foie et le gésier et mélanger avec la chair pour farce.
Tremper la mie de pain dans le lait, battre l’oeuf.
Eplucher et hacher les échalotes et l’ail.
Mélanger tous les ingrédients, saler, poivrer et ajouter une pointe de noix de muscade râpée.
Farcir la poule, la coudre et la brider.

Cuisson de la Poule

Préparer un bouquet garni avec le vert des poireaux, le persil, 3 branches de thym et 4 feuilles de laurier.
Verser 3 l d’eau dans une grande cocotte.
Ajouter 3 cuillères à soupe rases de gros sel, l’oignon piqué de clous de girofle et le bouquet garni.
Y déposer la poule, couvrir et laisser cuire à petit bouillon 1 heure 30 en écumant de temps en temps.
Couper le chou en 6 et le blanchir dans une casserole d’eau bouillante 1 à 2 minutes.
Eplucher les carottes, les pommes de terre, les côtes de céleri, les poireaux et les navets.
Au bout d’1 heure 30 de cuisson de la poule, ajouter les légumes.
Laisser mijoter encore 30 minutes.
Sortir la poule du bouillon et la découper en 6 à 8 morceaux.
Découper la farce en tranches.

Servir la poule et sa farce entourées des légumes.

Sources

http://agriculture.gouv.fr/avec-sully-labourage-paturage-et-vif-essor-de-lagriculture
La poule au pot d’Henri IV
https://www.cuisinealafrancaise.com/fr/recettes/viandes-et-volailles/volailles/poule-au-pot-henri-iv

2 thoughts on “Henri IV et la Poule au Pot #Challenge AZ

  1. Mince, on nous transmettait déjà des fake news à l’école primaire ! Ceci-dit, je doute que les bons sujets d’Henri IV aient pu préparer cette savoureuse recette tous les dimanches…

    1. ÇA c’est sûr. Ça devait plutôt être genre brouet clair et pain rassis ! Merci de commenter. Je vais aller sur votre site de ce pas !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *